Un poème pour la retraite

28 juin 2019

Enseignante pendant 35 ans, Johanne Fournier prend une retraite bien méritée. Celle qui était jusqu’à tout récemment enseignante de 3e année à l’école Le Ruisselet, a rédigé un poème qui a été publié dans le dernier Bulletin ornithologique et souhaitait le partager à la Commission scolaire des Découvreurs.

Bonne retraite Mme Johanne!

 

 

 

 

Voici le poème:

La maîtresse décolle (Ceci n’est pas une faute d’orthographe!)

Avec l’élan de sa jeunesse
Nouvellement devenue maîtresse
Dame Oiseau commençait à enseigner
Les oisillons sortaient plumes et cahiers

Elle connaissait de mieux en mieux les programmes
Et avec l’aide de pictogrammes
Elle guidait ses apprentis découvreurs
Hors du nid, à devenir voltigeurs

Il était temps pour eux de voler de leurs propres ailes
D’aller, curieux, explorer le ciel
Élèves bien élevés se levaient, s’élevaient
Persévérants, confiants, ils réussissaient

En classe nature sur leurs perchoirs
Ils apprenaient leurs leçons, faisaient leurs devoirs
Elle donnait ses cours en bavardant comme une pie
Ils l’écoutaient avec attention, sans répit

Elle connaissait leur potentiel et leurs besoins
Leur apprenait tous ses savoirs tôt le matin
Mettait ses compétences à profit
Guidait sans corriger, n’évaluait jamais les petits

Elle observait progrès et amélioration
Les félicitait d’une marque d’affection
Pas de notes au Bulletin ornithologique
À leurs dossiers, des autocollants périodiques

Elle leur montrait comment coincer
Les graines de tournesol pour les décortiquer
Elle leur indiquait comment se protéger du froid
Et des prédateurs, ne pas servir d’appâts

Prof poule, patiente, veillait au grain
Protégeait ses écoliers le long du chemin
Leur fournissait poèmes et vers alléchants
Fruits, insectes trouvés dans les champs

Dans la basse-cour de récréation
Ils partageaient leurs collations
Socialisaient, jouaient pour mieux se développer
Puis, venait le temps de montrer leurs talents, de rayonner

Vêtus de costumes griffés et colorés
Prêts pour le spectacle de fin d’année
Présentations de vols, d’airs à la flûte à bec et de danses
La chorale chantait avec aisance

Rémiges et rectrices étaient à l’honneur
Parents et directrice soulignaient le labeur
Par des bravos, des applaudissements
Les petits Mozart planaient de contentement

Année après année, l’enseignante conservait sa passion
Elle aimait tellement sa profession
Passant du tableau vert au tableau blanc
De la craie au stylet, signe du temps

L’heure a sonné, une autre étape est terminée
Pour la dernière fois la cloche va tinter
Elle a pris une grande décision
Celle de quitter fin juin ses fonctions

Johanne Fournier, comme un passereau
Portant si bien son nom d’oiseau
Sera passée dans la vie des tout-petits
Avec le sentiment du devoir accompli

Elle a fait ses classes durant trente-cinq ans
Et même si elle les aime tant
Elle délaissera ses poussins, partira sans eux
Pour penser à elle, sous d’autres cieux

Les élèves bienveillants se rassembleront
Câlins et bécots, ils lui offriront
À tire-d’aile, tirera sa révérence
Ils lui piailleront tous en chœur bonne chance

Prenant le chemin de l’école buissonnière
Ses ailes battront en retraite vers une nouvelle carrière
Celle de profiter d’une grande liberté
Elle aura des vacances à longueur d’année

Les enfants comme les oiseaux
Auront été dans sa vie de grands maîtres corbeaux
Émue, elle remettra ses clés pour prendre la clé des champs
Mais n’oubliera jamais tout le bonheur que lui aura procuré l’enseignement

Dans son aire de repos
Elle pensera à ses souvenirs en regardant ses photos
Elle sera fière d’avoir été témoin de la réussite de plusieurs
Ce sera à son tour de déployer ses ailes pour s’envoler tout en douceur
La maîtresse d’école ira chercher là-haut sa récompense bien méritée
L’ultime étoile dorée qu’elle collera fièrement sur la dernière page de son cahier

Johanne Fournier, 3e année, école Le Ruisselet