Entête - École secondaire Polyvalente de L’Ancienne-Lorette

PRIX D’HISTOIRE DU GOUVERNEMENT DU CANADA

21 octobre 2015

2 GAGNANTES
HISTOIRE AU PRÉSENT

L’École secondaire Polyvalente de L’Ancienne-Lorette est fière de féliciter les 2 gagnantes du prix d’histoire du gouvernement du Canada, comprenant une bourse de 4000$. Par un texte de 1200 mots, les élèves étaient invités à formuler une hypothèse pour répondre à l’une des 5 problématiques posées par le concours soit : les femmes et la guerre, l’exploration de l’Arctique, MacDonald et Riel, les symboles du Canada et les historiens. Ce concours était sous la supervision d’Hélène Boucher, enseignante en histoire du Canada.

 

RIEL ET MACDONALD, UNE PLUS GRANDE CONTRIBUTION
Premièrement, John A. Macdonald a eu un rôle très primordial dans la création du Canada comme pays, voilà pourquoi il a été nommé le Père de la Confédération. En ce qui concerne les impacts de ses actions, il a grandement contribué à l’expansion du pays sur le plan social, ainsi que sur le plan économique et politique. Sur le plan social, John A. Macdonald pensait, avant toute chose, à son pays, il ne s’intéressait donc pas vraiment à la population, et encore moins aux Métis . Sur le plan économique et politique, John A. Macdonald avait une doctrine très stricte, il voulait avant tout enrichir le Canada. De même, son crédo, ainsi que ses objectifs politiques étaient: « un seul peuple, riche en territoire, riche en ressources, riche en industrie, riche en crédit et riche en capital » . De plus, il ne s’intéressait pas énormément aux Canadiens français, par conséquent, n’a pas partagé le pouvoir avec eux . Concernant l’étendue du territoire, John A. Macdonald a créé quatre nouvelles provinces (l’Ontario, le Québec, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse). Il a ensuite entrepris de construire une ligne du Chemin de fer Intercolonial entre Québec et Halifax et un chemin de fer transcontinental jusqu’à la côte du Pacifique .

JESSIE LYS CLAIRE FOUMBUÉ 4E SECONDAIRE

 

L’IMPACT DES GRANDES GUERRES SUR LES CANADIENNES
La première guerre mondiale constitue également une avancée pour les femmes dans le milieu du travail. Effectivement, lorsque les hommes d’un bout à l’autre du Canada partent au front, ils laissent derrière un grand trou dans l’économie canadienne. Les femmes les remplacent dans la plupart des sphères de l’économie. Certaines femmes travaillent dans le secteur de l’agriculture, dans des entreprises comme le Farm Service Corps. Beaucoup d’autres travaillent dans les usines avec des salaires plus représentatifs qu’ils ne l’étaient auparavant. Ce sont elles qui fabriquent les divers armes et munitions pour les hommes partis au front. D’autres femmes, qui se considéraient comme des pacifistes, confectionnent des vêtements et d’autres douceurs qu’elles envoient ensuite aux soldats grâce à de nombreuses œuvres de charité, comme le Ottawa Women’s Canadian Club. Elles sont aussi souvent infirmières pour les forces armées. Cet effort de guerre des femmes se poursuit même jusque dans le foyer des femmes en les encourageant fortement à épargner et recycler la nourriture ainsi que divers matériaux durant ces temps difficiles. Malgré tout cela, au retour des hommes après la guerre, on remercie les femmes pour tous ces efforts, mais les hommes reprennent leur place dans les usines et les femmes perdent sitôt la place dans la société pour laquelle elles avaient militée fortement.. La Grande Guerre a donc été une grande avancée dans le milieu du travail pour la plupart des femmes canadiennes, sauf au Québec, où le clergé a bloqué leurs nombreux efforts.
LISA DUPREZ-GOULET 4E SECONDAIRE